Les Personnes Handicapées Vieillissantes (PHV)

La CNSA  (caisse nationale de solidarité pour l’autonomiesitue la PHV dès l’âge de 40 ans.

Les PHV à domicile sont majoritaires

Par contre les Aidants naturels sont de plus en plus vieillissants

Il faut des logements individuels adaptés ou adaptables ( voir loi du 11 Février 2005)

Vers 2030 environ la moitié de la population sera âgée ou handicapée:

Cette adaptation sera essentielle:

Difficulté d’accès aux cabinets médicaux et paramédicaux :

 – Problèmes d’accessibilité physique.

 – Techniques (appareils non adaptés (fauteuil dentiste, radiologie, gynécologie…).

Le vieillissement des aidants

Ces derniers ne peuvent plus supporter la charge de l’accompagnement 24h/24 de la PHV.

Sachant que l’impact du vieillissement se fait sentir à la fois sur la perte de potentiels physiques et psychiques entre 50 à 65 ans.

Ils attendent souvent le dernier moment pour faire appel à un établissement médico-social:

On se trouve dans une admission dans l’urgence.

EHPAD et foyers de vie

La moyenne d’âge y est de 83 ans (donc fin de vie),

Par contre, dans les foyers accueillant des personnes handicapées, la moyenne y est autour de 60 ans (parcours de vie encore à construire).

2 populations de PH :

– PH très âgées dont le niveau de dépendance rejoint celui des publics accueillis en EHPAD

– PHV plus jeunes (entre 50 et 70 ans) et relativement autonomes pour lesquels:

il faut proposer des solutions intermédiaires avant le passage en EHPAD.

Lorsqu’une Personne Handicapée passe d’un foyer d’hébergement classique à un EHPAD, il y a un changement brutal qui peut impacter la santé de la personne et:

Un risque de décès prématuré.

Les familles d’accueil

Habilitées par un agrément du Conseil Général ces familles peuvent accueillir des PHV dans des conditions techniques et financières encadrées.

 – C’est un atout en milieu rural dans des zones peu équipées en structures médico–sociales.

 – Cette formule est idéale pour le maintien en milieu ordinaire mais elle doit être étayée : par des solutions relais de répit et par un réseau de conseil et de soutien médico-social tels que des SAVS ou SAMSAH

Le volume de places SAMSAH ou SAVS doit être adapté à cette solution.

Voir le rapport de la CNSA: www.cnsa.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *