Tous les articles par info- handicap

Supplément de loyer de solidarité (SLS)

Supplément de loyer de solidarité (SLS)

Les bailleurs sociaux doivent vérifier chaque année la situation des locataires (familiale, ressources et activités professionnelles) et ceci par le questionnaire SLS.

Il concerne les locataires des logements sociaux dont les ressources dépassent de plus de 20 % les plafonds exigés pour l’attribution d’un logement HLM.

Il dépend de la composition du ménage et du niveau de dépassement du plafond de ressources.

Le calcul du SLS dépend:

  • De la surface habitable du logement (SH)*
  • Du CDPR** (Coefficient de Dépassement du Plafond de Ressources)

  • Du supplément de loyer de référence (SLR)*** correspondant à un montant en €/m² de surface habitable, fixé selon la zone géographique du logement.

Le montant du SLS varie en fonction d’un coefficient (1 à 3), qui dépend directement du dépassement du plafond de ressources par le foyer.

  • Il est minoré si le locataire a à charge un enfant âgé de plus de 18 ans titulaire d’une carte d’invalidité.
  • Il y a aussi l’« Article 196 A bis Modifié par LOI n°2016-1321 du 7 octobre 2016 – art. 107 (V)

« Tout contribuable peut considérer comme étant à sa charge, au sens de l’article 196, à la condition qu’elles vivent sous son toit, les personnes titulaires de la carte “ mobilité inclusion ” portant la mention “ invalidité ” prévue à l’article L. 241-3 du code de l’action sociale et des familles. »

Calcul du CDPR

Exemple :

Revenus dépassant de 50 % le plafond de ressources.

  • Tranche de dépassement de 20 % : CDPR = 0,27
  • Tranche de dépassement de 21 % à 50 % : CDPR= 0,06 x 30 (c’est-à-dire 0,06 pour 21 %, 22 %, 23 %,… et ce jusqu’à 50 %) ;

soit un CDPR total de : 0,27 + (0,06 x 30) = 2,07

Formule de calcul du SLS

Le SLS = SH* x CDPR** x SLR***.

Le Montant maximum du total du loyer + SLS ne peut pas dépasser 30 % des ressources de l’ensemble des personnes du foyer.

 

Article 18 de la loi ELAN

Depuis la loi du 11 février 2005 tous les logements neufs devaient être accessibles aux personnes en situation de handicap.

L’article 18 de la loi ELAN prévoit que que seulement 10 % des logements neufs devront être accessibles .

« L’article 18 met en œuvre les orientations relatives à l’accessibilité des logements neufs qui ont été décidées au comité interministériel du handicap du 20 septembre 2017. Il s’agit dans cet article d’adapter les exigences d’accessibilité dans les bâtiments collectifs d’habitation en créant la notion de logement « évolutif », c’est-à-dire accessible en grande partie et pouvant être rendu totalement accessible, par des travaux simples.

Il s’agit également de promouvoir l’innovation dans la conception de logements pour garantir leur évolutivité tout au long de la vie, plutôt qu’exiger que tous les logements soient accessibles. Un quota de 10 % de logements accessibles est maintenu. »

Les 90 % restant seront seulement « évolutifs », nécessitant des travaux soi-disant simple :

« supprimer une cloison, une baignoire pour la transformer en douche ».

Encore faut-il qu’un siphon de sol ait été prévu.

Lors d’une location, le bailleur qui ne peux refuser une modification pour l’adaptation du logement demande souvent que tout soit remis en l’état initial lors de la résiliation du contrat de location.

La remise en état sera aux frais du locataire étant donné qu’aucune aide financière n’a été prévue.

Les aides financières ne concernent que l’adaptation du logement.

Il y a aussi le coût des travaux qui peut être entièrement aux frais de la personne en situation de handicap ou qui pourra être aidée financièrement par la MDPH (PCH Aménagement logement), lANAH,  sa complémentaire santé et bénéficier du crédit d’impôt.

Mais il peut rester un montant important à charge.

Pour info : des travaux d’adaptation peuvent être pris en charge par le bailleur social.

Il faut aussi que :

  • Que l’immeuble soit accessible (seuil, largeur des portes et couloirs, etc..)
  • Il en est de même pour l’appartement et ci celui-ci se trouve en étage, qu’il y ait un ascenseur conforme (permettant le passage fauteuil roulant).
  • Et dans l’appartement il faut aussi la rotation (cercle de 150 cm de diamètre) et la circulation (largeur des couloirs, des portes) dans le séjour, la cuisine, les WC, la salle de bains et une chambre minimum) : c’est « l’unité de vie »


Le risque est que peu de ces 90 % restants deviennent accessibles.

Étant donné que le nombre de PMR et de Personnes Âgées ne cesse de croître, il n’y aura pas assez de logements accessibles.

« Art. L. 111-7-1. – Des décrets en Conseil d’État, pris après avis du Conseil national consultatif des personnes handicapées, fixent les modalités relatives à l’accessibilité aux personnes handicapées prévue à l’article L.111-7 que doivent respecter les bâtiments ou parties de bâtiments nouveaux. »

Il semble d’après cet article que le CNCPH était d’accord.

Nous osons espérer que non !!!!.

C’est une atteinte aux droits des Personnes en Situation de Handicap, un retour en arrière par rapport à la Loi de 2005.

C’est aussi une sorte de discrimination car souvent les logements accessibles sont en-rez-de chaussée, et si la PSH veut un appartement à l’étage ou même en terrasse, cela lui sera difficile .

La loi Elan vient d’être définitivement validée par l’Assemblée nationale le 3 octobre 2018

 

Plus d’infos: http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/loi-elan-la-strategie-logement-du-gouvernement?id_courant=3909

Aide Sociale à l’Hébergement (ASH)

Pour en bénéficier, il faut:

  • Avoir plus de 65 ans (ou plus de 60 ans pour les personnes reconnues inaptes au travail).
  • Résider en France de façon stable et régulière, ou posséder un titre de séjour valide.
  • Avoir des ressources dont le montant est inférieur à celui de l’hébergement.
  • Être en établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD), en USLD (Unité de Soins de Longue Durée ou en résidence autonomie.

Ces derniers doivent être habilités et posséder des places réservées permettant de recevoir les bénéficiaires de l’ASH.

Toute fois si une personne qui a résidé au moins 5 ans dans un établissements sans en bénéficier et si elle en a besoin, elle peut alors voir son droit ouvert à l’ASH :

  • Même si elle n’occupe pas une place habilitée

  • Même si l’ÉHPAD n’est pas habilité à l’aide sociale

L’ASH peut prendre en charge la totalité ou une partie des frais d’hébergement.

Elle peut financer le ticket modérateur (se sont les dépenses qui restant à charge après le remboursement de l’assurance maladie et avant déduction des participations forfaitaires).

Ce sont les départements qui fixent le montant de l’ASH en fonction des ressources:

  • De la personne concernée
  • De ses biens immobiliers si elle en possède
  • De la personne avec laquelle elle vit en couple
  • Des obligés alimentaires

Ne sont pas concernés :

  • La retraite de combattant.
  • Les pensions attachées aux distinctions honorifiques telle la légion d’honneur.

Nota:

  • La personne doit verser 90 % de l’ASH à l’établissement.
  • Il lui reste 10 % (minimum 100 € ) pour couvrir ses frais éventuels (coiffeur, sorties, etc..)

L’ASH étant versée par le département et comme les règlements d’aide sociale diffèrent en fonction des départements, les règles de versement ne sont pas les mêmes partout.

Les montants versés sont récupérables :

  • Sur la succession
  • Lorsque la situation financière du bénéficiaire s’améliore
  • Sur donation

Plus d!nfos: https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2444

CMU et CMUC et ACS (2018)

Avant le 1er janvier 2016, L’affiliation à la CMU ( Couverture Maladie Universelle ) était :

 Gratuite  si votre revenu fiscal de référence était inférieur à 9 601 euros, si vous étiez allocataire du revenu de solidarité active (RSA) socle ou si la CMUc ou l’ACS vous avait déjà été accordée.

– Payante  si votre revenu fiscal de référence était supérieur à 9 601 euros.

Vous deviez alors payer une cotisation à l’URSSAF qui s’élevait à 8 % du montant de votre revenu fiscal dépassant le plafond. Cette cotisation était due à compter du 1er jour du trimestre civil suivant la date de votre affiliation à la CMU de base.

– Si le montant de votre cotisation était inférieur ou égal à 38 € par trimestre, vous en étiez dispensé et ne receviez pas d’appel à cotisation.

À partir du 1er janvier 2016, la CMU de base n’a plus de raison d’être, elle est remplacée par la protection universelle maladie prévue par l’article 59 de la loi de financement de la sécurité sociale.

  • Toute personne qui travaille ou réside en France de manière stable et régulière est désormais couverte par l’assurance maladie pour la prise en charge de ses frais de santé à titre personnel et de manière continue tout au long de la vie (au titre de son activité professionnelle ou de sa résidence) .
  • Les conditions d’ouverture de droits sont simplifiées (le salarié n’a plus à justifier d’une activité minimale car seule l’activité professionnelle exercée est pris en compte).
  • Concernant les personnes sans activité professionnelle, leurs frais de santé, à titre personnel, sont pris en charge du fait de leur résidence stable et régulière en France (plus de six mois par an) .
  • La notion d’ayant droit disparaît pour les 18 ans et plus
    Toute personne ayant droit majeur peut donc demander son affiliation en tant qu’assuré.
  • Seuls les mineurs continuent d’avoir le statut d’ayant droit.

Remboursement des frais

Avec la CMUC:

  • Vos soins sont pris en charge à 100% sans avance de frais selon les taux de remboursements habituels prévus pour les autres assurés sociaux et dans le cadre du parcours de soins.
  • Vous êtes exonéré de la participation forfaitaire de 1 € et des franchises
  • Vous pouvez bénéficier des tarifs réduits sur vos factures de gaz ou d’électricité

Avec l’ACS:

  • Vous  bénéficiez des tarifs médicaux sans dépassement d’honoraires
  • De la dispense totale d’avance des frais pour vos dépenses de santé ;
  • Vous êtes exonéré de la participation forfaitaire de 1 € et des franchises
  • Vous pouvez bénéficier des tarifs réduits sur vos factures de gaz ou d’électricité

Couverture Maladie Universelle Complémentaire ( CMUC ) et  Aide à la Complémentaire Santé ( ACS )

Plafond de ressources:

Sont prises en compte les ressources perçues au cours des 12 mois précédant la demande

Métropole

 DOM

Le montant de l’Aide à la Complémentaire Santé (ACS) varie selon l’âge du bénéficiaire

Numéros Importants

Pompiers ( 18 )  – SAMU ( 15 ) – Urgence européen ( 112 )  – Gendarmerie ( 17 ) – SOS Enfants disparus ( 116 000 ) SOS médecins ( 3624 ) SAMU Social ( 115 ) Maltraitance des mineurs ( 119 )Harcèlement à l’école08 08 80 70 10 ) – Personnes Agées ou Handicapées ( 3977 ) Personnes sourdes ou malentendantes ( 114 ) – Pharmacies et Dentistes de garde en France ( 3915 ) – Hébergement d’urgence VOIR ), Discriminations: (08 1000 5000)

Rente AT-MP (Accident de Travail)-(Maladie Professionnelle)2018

Suite à  un AT (Accident de Travail) ou une Maladie Professionnelle (MP), la victime :

  • A des séquelles
  • Des douleurs
  • Une diminution durable de ces capacités mentales et/ou physiques

Les organismes d ’Assurance Maladie: CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie),  MSA (Mutuelle Sociale Agricole), etc.., déterminent un taux d’Incapacité Permanente (IPP) que la victime peut percevoir sous forme d’indemnité en capital ou en rente viagère. (Selon que le taux est > ou < à 10 %)

Taux d’IPP:

Celui-ci est évalué, en fonction :

  • De l’état général
  • De la nature de l’infirmité
  • Des facultés physique ou mentales
  • De l’âge
  • Des aptitudes et des qualifications professionnelles

Il est demandé l’avis du médecin conseil de l’organisme, et si la victime risque d’être inapte au travail, éventuellement du médecin traitant.

C’est  souvent  un médecin expert désigné par l’organisme, qui évalue ce taux lors de la consolidation.

Si le médecin désigné ne peut ni évaluer, ni donner un taux d’IPP (la pathologie étant complexe), il peut être demandé une deuxième expertise pour ces évaluations.

L’employeur et l’assuré, sont informés par notification de décision, que tous deux, peuvent contester dans les 2 mois, par un recours devant le TCI (Tribunal de Contentieux de l’Incapacité).

 Montant de l’IPP :

 Si le taux est < à 10 %

L’ indemnité en capital versé en une seule fois.

Montant de l’indemnité

Taux d’IPP Montant de l’indemnisation en capital
1% 416,47 €
2 % 676,90 €
3 % 989,15 €
4 % 1 551,20 €
5 % 1 977,76 €
6 % 2 446,16 €
7 % 2 966,40 €
8 % 3 539,11 €
9 % 4 163,61 €

Si le taux est  égal ou > à 10 %

La victime a une rente viagère à vie.

Montant de la Rente

Le calcul est fait sur le salaire annuel (correspondant au 12 mois précédent l’arrêt de travail) multiplié par le taux d’IPP.

Montants maxi et mini pour le calcul de la rente :

Mini : 18 520 €

Maxi : 147 716,94 €

Salaire pris en compte :

Salaire annuel (S) Partie prise en compte
S < 37 040,01 € 100%
37 040,01 € > S < 147 716,94 € 1/3
S > 147 716,94 € Pas de prise en compte

Ex: si le salaire = 50 000 €/an

  • La totalité jusqu’à 37 040,01 €
  • Le 1/3 du reste: 1/3 (50 000 – 37 040) = 1/3 de 12 966 =

          4 320 €

Soit au total: 37 040  + 4 302 = 41 342 €

Montant de la rente

Si taux < 50 %, on divise le salaire annuel par 2

 Ex : Taux de 40 %

La rente est = 20% du salaire annuel

Avec un minimum de :

18 520 x 20% = 3 704 € /an (même si le salaire annuel est < 18 520 €)

Si taux > 50%, la rente est égale au  salaire annuel divisé par 2 jusqu’à 50% et en multipliant par 1,5 la partie au delà des 50 %, puis on fait la somme des deux.

Ex : Taux d’IPP = 80 %

Le taux pris en compte pour le calcul est : (50: 2) + (30*1,5) = 70 %

La rente est donc = 70% du salaire annuel

Nota:

  • Lorsque le taux d’IPP est compris entre 10 et 50 %, le versement a lieu tous les trimestres.
  • Lorsqu’il est supérieur ou égal à 50 %, le versement a lieu tous les mois.
  • Ces versements ont lieu jusqu’au décès de la victime.

Les sommes versées sont exonérées de CSG et de CRDS et ne sont pas prises en compte dans le calcul de l’impôt sur le revenu. 

Le versement de cette rente peut être cumulé avec celui d’une pension d’invalidité.

Si Votre taux d’incapacité permanente est égal ou supérieur à 66,66 % : vous, et vos ayants droit éventuels, bénéficiez d’une exonération du ticket modérateur (prise en charge à 100 % pour tous les soins et traitements, sauf les médicaments remboursés à 30 % et les médicaments remboursés à 15 %.)

Besoin de tierce personne :

Lorsque le taux d’IPP est au moins égal à 80% et oblige le recours à l’assistance d’une tierce personne pour effectuer les actes ordinaires de la vie, cela donne droit au versement de la Prestation Complémentaire pour Recours à Tierce Personne (PCRTP) qui remplace la Majoration pour Tierce Personne (MTP), qui peux,  si acquise auparavant,  être conservée.

La personne peut bénéficier d’une carte d’invalidité, à présent Mobilité Inclusion.

Conversion de la rente en capital ou en rente viagère réversible

Il est possible de demander qu’une partie de la rente soit attribuée sous forme d’un capital et  qu’une partie serve à constituer une rente viagère réversible (pour moitié au plus) au conjoint, en cas de décès de la victime.

Attention : la transformation de la rente en capital ou en rente réversible est irrévocable.

Cette demande peut être faite à tout moment, à compter de la notification d’attribution de la rente.

Faute inexcusable de l’employeur

La faute inexcusable est reconnue lorsqu’il est établi que l’employeur avait ou aurait dû avoir conscience du danger auquel le salarié était exposé et qu’il n’a pas pris les mesures nécessaires pour le préserver.

C’est à la victime de prouver la faute inexcusable de l’employeur

Si celle-ci est reconnue, elle  permet d’obtenir :

Une majoration de l’incapacité permanente et la réparation intégrale des préjudices subis et non indemnisés par la rente :

  • Souffrances physiques et morales
  • Préjudices esthétiques et d’agrément
  • Préjudices résultant de la perte ou de la diminution de vos possibilités de promotion professionnelle

 

Prestation de Compensation du Handicap (PCH) 2018

C’est une aide personnalisée

VOIR:
  1. Bénéficiaires
  2. Liste des activités à prendre en compte pour l’ouverture du droit à la PCH:
  3. Les actes essentiels à prendre en compte :
  4. Barèmes : (heures d’ aide humaine)

 

1. Bénéficiaires

Toute personne handicapée âgée d’au maximum 75 ans dont le handicap est survenu avant l’âge de 60 ans peut bénéficier de la PCH.

Critères de handicap pour l’accès à la prestation de compensation :(PCH)

– Présenter une difficulté absolue pour la réalisation d’une activité ou une difficulté grave pour la réalisation d’au moins deux activités (voir liste ci-dessous)

La difficulté est qualifiée de :

Absolue : lorsque l’activité ne peut pas du tout être réalisée par la personne elle-même

Grave : lorsque l’activité est réalisée difficilement et de façon altérée par rapport à l’activité habituellement réalisée

Les difficultés doivent être définitives ou d’une durée prévisible d’au moins un an. Il n’est cependant pas nécessaire que l’état de la personne soit stabilisé.

retour↑

2. Liste des activités à prendre en compte pour l’ouverture du droit à la PCH:

MOBILITE :

  • Se mettre debout
  • Faire ses transferts
  • Marcher
  • Se déplacer (dans le logement, à l’extérieur)
  • Avoir la préhension de la main dominante
  • Avoir la préhension de la main non dominante
  • Avoir des activités de motricité fine

ENTRETIEN PERSONNEL :

  • – Se laver
  • – Assurer l’élimination et utiliser les toilettes
  • – S’habiller
  • – Prendre ses repas

COMMUNICATION :

  • – Parler
  • – Entendre (percevoir les sons et comprendre)
  • – Voir (distinguer et identifier)
  • – Utiliser des appareils et techniques de communication

TACHES ET EXIGENCES GENERALES :

  • – S’orienter dans le temps
  • – S’orienter dans l’espace
  • – Gérer sa sécurité
  • – Maîtriser son comportement .

AIDES HUMAINES

Les besoins d’aides humaines peuvent être reconnus dans les trois domaines suivants

  • – Les actes essentiels de l’existence
  • – La surveillance régulière
  • – Les frais supplémentaires liés à l’exercice d’une activité professionnelle ou d’une fonction élective.

ACTES ESSENTIELS

L’équipe pluridisciplinaire identifie les besoins d’aide humaine pour l’entretien personnel, les déplacements et la participation à la vie sociale. Elle procède à une quantification du temps d’aide humaine nécessaire pour compenser le handicap.

retour ↑

3. Les actes essentiels à prendre en compte :

L’entretien personnel sur les actes suivants :

– Toilette :

Le temps quotidien d’aide pour la toilette, y compris le temps nécessaire pour l’installation dans la douche ou la baignoire, peut atteindre 70 minutes.

– Habillage:

Le temps quotidien d’aide pour l’habillage et le déshabillage peut atteindre 40 minutes.

– Alimentation:

Le temps quotidien d’aide pour les repas et assurer une prise régulière de boisson peut atteindre 1 heure et4 5 minutes.

Ce temps d’aide prend aussi en compte l’installation de la personne. Il ne comprend pas le portage des repas ni le temps pour la préparation du repas lorsque ce temps est déjà pris en charge ou peut l’être à un autre titre que la compensation du handicap.

S’il n’est pas pris par en charge, il semble que la PCH doive le prendre en compte!!! (qu’en pensez-vous?)

– Elimination:

Le temps d’aide quotidien pour aller aux toilettes comprend le temps nécessaire pour l’installation, y compris les transferts entre les toilettes et le fauteuil. Il peut atteindre 50 minutes.

Les actes concernant l’élimination qui relèvent d’actes infirmiers ne sont pas pris en compte.

a)Toilette : comprend les activités « se laver », « prendre soin de son corps».

Le temps d’aide humaine pour la réalisation d’une toilette au lit, au lavabo, par douche ou bain, comprend le temps nécessaire pour l’installation dans la douche ou la baignoire (y compris les transferts entre la douche ou la baignoire et le fauteuil roulant). Il prend aussi en compte d’autres éléments contribuant à prendre soin de son corps, notamment l’hygiène buccale (le cas échéant l’entretien de prothèses dentaires), le rasage, le coiffage..

Il convient, concernant la nature de l’aide, de tenir compte du fait qu’il peut s’agir d’une aide pour la toilette complète ou d’une aide pour la toilette pour une partie du corps.

b) Habillage : comprend les activités «s’habiller» et « s’habiller selon les circonstances».

– S’habiller : comprend l’habillage et le déshabillage et, le cas échéant, le temps pour installer ou retirer une prothèse.

Il convient, concernant la nature de l’aide, de tenir compte du fait que l’aide peut porter sur la totalité de l’habillage ou seulement sur une partie (aide pour l’habillage du haut du corps ou au contraire du bas du corps).

c) Alimentation : comprend les activités « manger » et «boire ».

Le temps d’aide prend aussi en compte l’installation de la personne pour prendre le repas, y compris couper les aliments et/ou les servir et assurer une prise régulière de boisson hors des repas.

Des facteurs tels que l’existence de troubles de la déglutition, notamment s’ils nécessitent le recours à une alimentation spéciale, hachée ou mixée, peuvent être de nature à justifier un temps d’aide quotidien important.

d) Elimination : comprend les activités suivantes : «assurer la continence » et « aller aux toilettes».

Aller aux toilettes : comprend notamment le fait de se rendre dans un endroit approprié, de s’asseoir et de se relever des toilettes, le cas échéant de réaliser les transferts entre les toilettes et le fauteuil.

Les actes concernant l’élimination qui relèvent d’actes infirmiers ne sont pas pris en compte.

e) Les déplacements

Le temps quotidien d’aide humaine pour les déplacements dans le logement peut atteindre 35 minutes.

Il s’agit notamment d’une aide aux transferts, à la marche, pour monter ou descendre les escaliers ou d’une aide pour manipuler un fauteuil roulant.

Les déplacements à l’extérieur exigés par des démarches liées au handicap de la personne et nécessitant la présence personnelle de celle-ci peuvent majorer le temps d’aide attribué au titre des déplacements à concurrence de 30 heures par an.

Le temps de déplacement à l’extérieur pour d’autres motifs est contenu dans le temps de participation à la vie sociale.

f) La participation à la vie sociale

La notion de participation à la vie sociale repose, fondamentalement, sur les besoins d’aide humaine pour se déplacer à l’extérieur et pour communiquer afin d’accéder notamment aux loisirs, à la culture, à la vie associative, etc.

Le temps d’aide humaine pour la participation à la vie sociale peut atteindre 30 heures par mois.

Il est attribué sous forme de crédit temps et peut être capitalisé sur une durée de 12 mois. Ce temps exclut les besoins d’aide humaine qui peuvent être pris en charge à un autre titre, notamment ceux liés à l’activité professionnelle, à des fonctions électives, à des activités ménagères, etc.

– Les enfants et adolescents handicapés peuvent bénéficier de la PCH dès lors qu’ils répondent aux critères d’attribution de l’AEEH et de son complément, dans le cadre du droit d’option entre le complément d’AEEH et la PCH

Ces besoins doivent être inscrits dans un plan personnalisé défini par l’équipe pluridisciplinaire de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH), sur la base du projet de vie exprimé par la personne.

Pour info voir: http://www.cnsa.fr/documentation/cnsa_guide_pch_aide_humaine_mars2017.pdf

Aides couvertes par la prestation de compensation:

  • – Aides humaines
  • – Aides techniques
  • – Aides pour l’aménagement du logement
  • – Aides pour l’aménagement du véhicule
  • – Aides spécifiques
  • – Aides animalière

4. Barèmes : (heures d’ aide humaine)

Aides techniques :

Montant maximum attribué : 3960 € pour 3 ans

– Si tarif PCH = tarif LPPR : la PCH = 0
– Si non référence LPPR *: la PCH =75 % de l’aide technique (celle-ci doit être homologuée ISO)
*La LPPR est la Liste des Produits et Prestations Remboursables par la CPAM
Nota : il vaut mieux parfois une aide technique sans LPPR  » mais avec homologation »
Aménagement logement :
Montant maximum attribué = 10 000 € pour 10 ans

  • Tranche de 0 à 1500 € = 100%
  • Puis 50%

Ex : Pour des travaux de 7000 €

  • 1500 €
  • 5500*50 % =2750 €

Soit un total PCH de 4250 €

Donc un reste à charge de 2750 € qui va être pris en partie par le Fond de Compensation (nota*)

Déménagement:

Le montant attribuable est  3 000 € pour 10 ans

Aménagement véhicule :

Montant maximum attribué = 5 000 € pour 5 ans

  • Tranche de 0 à 1500 € = 100%
  • Puis 75%

Ex : Pour des travaux de 5000 €

  • 1500€
  • 3500*75 % =2625 €

Soit un total PCH de 4250 €

Donc un reste à charge de 875 € qui va être pris en partie par le Fond de Compensation (nota*)

Surcoût lié au transport :

Montant maximum attribué = 12 000 € pour 5 ans

  • Tranche de 0 à 1500 € = 100%
  • Puis 75%

Seulement pour les trajets entre le domicile et le lieu de travail et domicile ou établissement médico-social, en cas de déplacement par un tiers, si les déplacement AR sont supérieurs à 5.

Forfait cécité : 648,50 €/mois

Forfait surdité = 389,10 €/mois

Charges spécifiques : 100 € maxi / mois pour 10 ans (75% du coût)

Charges exceptionnelles : 50 € maxi / mois pour 3 ans (75% du prix) soit 1 800 € par période de 3 ans

Aides animalières : 50€ / mois pour 5 ans soit 3000 €

Nota*: Vu les restrictions budgétaires des Fonds de Compensation, un reste important peut être à la charge de la personne bénéficiaire de la PCH (cela dépend des départements)

Certains Fonds de compensation n’ont jamais fonctionné

retour ↑

 

Tarifs et Montants PCH 2018

1. Tableau 1 : Tarifs horaires applicables au 1er élément de la PCH

Nota:

Lors d’une hospitalisation dans un établissement de santé ou d’un hébergement dans un établissement social ou médico-social, dont la prise en charge est du ressort de l’assurance maladie, du conseil département ou de l’aide sociale, le montant PCH aides humaine est réduit à hauteur de 10% de celui accordé au-delà de : 45 jours consécutifs de séjour ou de 60 jours lorsque la personne est dans l’obligation de licencier la personne employée.

Tableau

Il est rétabli pendant les périodes d’interruption de l’hospitalisation ou de l’hébergement.

Pour info le SMIC horaire brut est = 9,88 €  et le net = 7,72 €

 
2. Tableau 2 : Montant mensuel maximum de dédommagement de chaque aidant familial
 3. Tableau 3 : Montant du 1er élément pour les personnes hébergées à temps complet dans un établissement
4. Tableau 4 : Montant des forfaits

retour ↑

 

5. Tableau 5 : Montants maximums, durées d’attribution et tarifs des éléments 2, 3, 4 et 5 de la PCH

sans-titre-xNOTA tableau 5

*    Durée maximale d’attribution de l’élément.

**   Dans la limite du montant attribuable.

*** Pour les trajets domicile et lieu de travail ou établissement médico-social: soit en cas de transport par un tiers, soit déplacements AR supérieurs à 5.

  (1) LPP (liste des produits et prestations) remboursables par l’Assurance Maladie.

retour ↑

Plus d’infos: Voir site de la CNSA : www.cnsa.fr/

 

Allocation Adulte Handicapé (AAH) 2018

L’Allocation pour Adulte Handicapé (AAH):

Permet de garantir un revenu minimum aux personnes handicapées et n’est ouvert que lorsque la personne handicapée ne peut prétendre à un avantage vieillesse, invalidité ou rente AT d’un montant au moins égal à celui de l’AAH.

Pour pouvoir bénéficier de l’AAH, la personne handicapée doit remplir un certain nombre de conditions :

Conditions d’âge

Avoir :

  • Plus de 20 ans
  • Plus de 16 ans, si il n’est plus considéré comme étant à charge pour le bénéfice des prestations familiales.
  • Son versement  prend fin à partir de l’âge de 60 ans en cas d’incapacité de 50 % à 79 %.
  • En cas d’incapacité > 80 %, une AAH différentielle (c’est-à-dire une allocation mensuelle réduite) peut être versée au-delà de l’âge minimum légal de départ à la retraite en complément d’une retraite inférieure au minimum vieillesse.

Conditions liées au handicap

Le demandeur doit être atteint d’un taux d’incapacité permanente :

  • d’au moins 80 %
  • ou compris entre 50 et 79 % et avoir une restriction substantielle et durable d’accès à un emploi du fait de son handicap.

Ce taux d’incapacité est apprécié par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH).

Conditions de résidence et de nationalité

Le demandeur doit résider de façon permanente en France métropolitaine ou dans les départements d’outre-mer et Mayotte.

Les étrangers, hors CEE, doivent posséder un titre de séjour régulier ou être titulaire d’un récépissé de demande de renouvellement de titre de séjour.

Conditions de ressources

Les ressources prises en compte sont l’ensemble des revenus nets catégoriels du demandeur et de son conjoint, concubin ou pacsé, retenus pour l’établissement de l’impôt sur le revenu.

L’AAH peut être complétée par le Complément de Ressources (CR) ou la Majoration pour la Vie Autonome (MVA)

Depuis janvier 2017, Il n’est plus possible de cumuler l’AAH et l’ASS  (allocation de solidarité spécifique).

Si vous les perceviez au 31 décembre 2016, vous pouvez continuer à en bénéficier tant que les conditions d’éligibilité sont remplies, pendant une durée maximum de 10 ans.

Plafonds de ressources ( année N-2 ) soit l’année 2016 pour les demandes effectuées en 2018)

Ne sont  pas prises en compte dans le calcul de ce plafond :       

  • La PCH (Prestation de  Compensatrice du handicap).     
  • Les Allocations Familiales.
  • L’allocation logement.  
  • La retraite du combattant.   
  • Les rentes viagères constituées  en faveur d’une personne handicapée ou dans la limite d’un montant  de 1 800 €, lorsqu’elles ont été constituées par la personne handicapée elle même.    
  • Le RSA

 

Conditions de ressources

Réduction du montant de  l’AAH:

Celui-ci est réduit si la Personne Handicapée perçoit d’autres pensions telles que:

Le montant de l’allocation est égal à la différence entre le total des ressources mensuelles et le montant de base de l’AAH

C’est « l’Allocation Différentielle »

Autres cas de réduction  de l’AAH:

Celle-ci intervient le 1er jour du mois suivant une période de 60 jours lors d’un séjour en établissement de santé ou pénitentiaire, dans une MAS (Maison d’Accueil Spécialisée).

Son montant est réduit de 70 %, le bénéficiaire de l’allocation reçoit 30 % du montant de l’AAH, soit : 247,70 €.

Pour info : le montant de l’AAH à 100 % est de 819 €

Nota : Cette allocation ne peut être plus élevée que celle qu’il percevrait auparavant.

Aucune réduction n’est effectuée :

  • Lorsque l’allocataire est astreint au paiement du forfait hospitalier journalier de 20 € en cas de séjour dans un hôpital ou dans une clinique, 15 euros par jour en cas de séjour dans le service psychiatrique d’un établissement de santé.
  • Lorsque qu’il au moins un enfant ou un ascendant à charge.
  • Lorsque son conjoint, concubin ou la personne avec laquelle il a conclu un PACS ne travaille pas pour un motif reconnu valable par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH).

 

La Majoration pour Tierce Personne (MTP)

Dans le régime général et les régimes assimilés de Sécurité sociale, certaines pensions peuvent être majorées en raison de l’obligation, d’avoir recours à l’assistance d’une tierce personne pour accomplir les actes ordinaires de la vie comme se lever, s’habiller, se laver ou s’alimenter.

Personnes concernées:

Etre titulaire:

  • D’une pension d’invalidité de 3ème catégorie étant absolument incapables d’exercer une profession
  • D’une pension vieillesse substituée à des pensions d’invalidité,
  • D’une pension de vieillesse attribuée ou révisée pour inaptitude au travail qui, au moment de la liquidation de leur droit, entre 60 et 65 ans qui étant absolument incapables d’exercer une profession,
  • D’une rente accident du travail

Si vous déposez votre demande après 65 ans, le certificat médical doit préciser que votre état de santé nécessitait l’assistance d’une tierce personne avant cet âge.

Dès que la caisse d’assurance vieillesse est saisie de votre demande, elle doit se mettre en rapport avec la caisse de Sécurité sociale compétente pour statuer sur votre état d’invalidité. Cette dernière vous adressera, ainsi qu’ à la caisse d’assurance vieillesse, sa décision en ce qui concerne votre droit à la MTP.

Demande :

  • Pour les moins de 60 ans : la demande est adressée à l’organisme qui verse la pension d’invalidité.
  • Pour les plus de 60 ans : la demande est adressée à l’organisme qui sert la pension de retraite.

Dans ces 2 cas la demande doit être accompagnée d’un certificat médical du médecin traitant établissant la nécessité d’avoir recours à l’assistance d’une tierce personne pour accomplir les actes ordinaires de la vie.

 Montant :

Si vous bénéficiez d’une pension d’invalidité de 3e catégorie et que vous avez besoin d’une personne pour vous aider, votre pension d’invalidité est majorée de 40 % (majoration pour tierce personne) sans pouvoir être inférieure à 1107,50 / mois, soit:  13 290 € / an pour 2018

Versement :

Elle est due :

  • à la date d’attribution de la pension d’invalidité ou de vieillesse si, à cette date, les conditions d’attribution de la majoration sont remplies.
  • ou, à défaut, à compter du 1er jour du mois suivant la date de réception de la demande de majoration, dès lors que les conditions d’incapacité d’exercer une profession et d’obligation d’avoir recours à l’assistance d’une tierce personne pour accomplir les actes ordinaires de la vie sont remplies.

Elle est servie mensuellement avec la pension d’invalidité ou de vieillesse.

 Possibilités de cumul :

  • L’allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP) et la MTP ne sont pas cumulables.
  • La prestation de compensation (PCH) est cumulable avec la MTP, dans ce cas le montant perçu au titre de la MTP est déduit de l’élément aide humaine:
  •  La MTP n’est pas cumulable avec l’allocation personnalisée d’autonomie (APA):

 Conditions de suspension, révision, ou suppression :

  • De manière générale, dans les cas où la pension principale est suspendue, la MTP doit vous être maintenue.

En cas d’hospitalisation, la MTP est versée jusqu’au dernier jour du mois civil suivant celui au cours duquel vous avez été hospitalisé.

  • Au-delà de cette date, son versement est suspendu. Toutefois, le versement de la MTP est maintenu si vous êtes  hospitalisé en section de long séjour dans les centres de cure médicale pour personnes âgées comportant notamment des sections de cure médicale et si vous payez des frais d’hébergement.

Elle peut être supprimée sur avis médical.

Elle est maintenue en cas d’hospitalisation:

  • En maison de retraite spécialisée lorsque l’hospitalisation n’est pas prise en charge en intégralité au titre de l’assurance maladie
  • A domicile
  • De jour
  • Pour un accouchement

Et pour une cure thermale.

Régime de la MTP :

  • Insaisissabilité : contrairement à la pension d’invalidité (PI) , la MTP est insaisissable sauf en cas de non-paiement de vos frais d’entretien.

Dans ce dernier cas, la personne physique ou morale, ou l’organisme qui en assume la charge, peut demander la saisie de la majoration pour tierce personne.

Elle n’est pas imposable.

 Recours :

Recours contre les décisions d’ordre administratif :

  • Recours amiable obligatoire : la réclamation doit en 1er lieu être soumise à la commission de recours amiable de la CPAM dans les 2 mois à compter de la notification de la décision.
  • Recours contentieux : postérieurement à la phase amiable, un recours pourra être porté devant le tribunal des affaires de Sécurité sociale dans les 2 mois suivant la notification de la décision ou suivant le mois de silence de la commission valant rejet.

Recours contre les décisions d’ordre médical :

Le recours doit être porté devant le tribunal du contentieux de l’incapacité dans les 2 mois suivant la notification de la décision.

Plus d’infos, voir: https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits

L’Allocation d’Éducation de l’Enfant handicapé (AEEH) et ses compléments (2018)

  • Elle est versée à la famille d’un enfant en situation de handicap de moins de 20 ans.
  • Dont le taux  d’incapacité est compris entre 50 et 80 % ou supérieur à 80 %.

Le montant des prestations familiales est déterminé d’après la Base Mensuelle de calcul des Allocations Familiales (BMAF) revalorisée au 1er avril de chaque année.

Depuis le 1èr avril 2018, elle est fixée à 411,92 €.

*BMFA: Base mensuelle de calcul des allocations familiales

** MTP: Majoration pour Tierce Personne

Elle est perçue mensuellement et correspond au montant de l’ allocation de base  augmenté éventuellement du complément de l’AEEH et de la majoration pour parent isolé.

 Complément d’AEEH

AEEH en établissement:

Lorsque l’enfant est en internat dans un établissement spécialisé avec prise en charge totale par (l’Assurance maladie, l’Etat ou l’Aide sociale), l‘AEEH n’est pas due, sauf pour les congés ou s’il y a suspension de la prise en charge.

  • Elle n’ est alors versée que pour les périodes de retour à domicile.
    L’établissement adresse aux parents un état des présences de l’enfant qu’ils doivent transmettre à la CAF afin de bénéficier de l’AEEH.
  • Si cet un accueil a une durée inférieure à 16 heures /semaine en externat dans un établissement spécialisé, l’AEEH peut être versée.
  • Si celui-ci se situe entre 2 et 5 jours, l’AEEH et son complément peuvent être attribués dans des cas particuliers.
  • Si l’accueil est de 5 jour /semaine, l’AEEH et son complément peuvent également être accordé à titre exceptionnel.
  • Lors d’hospitalisation de l’enfant, l’AEEH continue à être versée pendant 2 mois.
  • Si les parents peuvent justifier de contraintes particulièrement lourdes, la CDAPH peut la maintenir.

Allocation Supplémentaire d’Invalidité (ASI) (2018)

Allocation Supplémentaire d’Invalidité (ASI)

  • Elle concerne les personnes n’ayant pas encore atteint l’âge légal de départ à la retraite et donc ne  pouvant pas bénéficier de l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA).
  • Elle remplace l’allocation supplémentaire du minimum vieillesse.
  • Elle dépend de l’age et des ressources.

« Elle complète une pension d’invalidité ou une pension de veuf ou de veuve invalide ».

Pour en bénéficier, il faut être Titulaire d’une pension de :

  • Réversion,
  • Vieillesse de veuf (ou veuve), invalidité
  • Retraite anticipée pour handicap ou carrière longue
  • Retraite pour pénibilité

  Ou d’invalidité (La capacité de travail doit être réduite d’ au moins 66,66%.)

  • Elle n’est pas soumise à un âge minimum.
  • Dès l’âge légal de départ à la retraite, elle n’est plus versée car perception de  (ASPA).

Ressources maximales à ne pas dépasser

Plafond de ressources et montant de l’ASI en fonction des revenus

Son droit cesse dès que le bénéficiaire atteint l’âge légal de départ à la retraite pour bénéficier de l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA).

A noter:

Que les sommes versées  sont récupérées sur la succession si le montant de celle-ci est >  39 000 €.

Les sommes récupérées ne doivent pas dépasser un certain montant, fixé en fonction de la composition du foyer :

  • 6  571,01 € pour une personne seule,
  • 8 667,76 € pour un couple de bénéficiaires.

Plus d’infos: https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F16940

Aide sociale téléphonique (2018)

Elle concerne le téléphone fixe dans la résidence principale
Elle est réservée aux bénéficiaires :

  • du RSA socle
  • de l’allocation de solidarité spécifique (ASS)
  • de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH)
  • et aux invalide de guerre.

Aides

  • Réduction de l’abonnement téléphonique (seulement chez orange)
    Orange s’est engagé à offrir une réduction sur le montant de l’abonnement en le faisant passer de 17,96 € à 6,49 € (TTC) par mois, soit une réduction de 11,47 €.

 

  • Financière exceptionnelle destinée à la régularisation des impayés de factures téléphoniques comprend:
    L’abonnement du téléphone fixe et les communications nationales émises vers des fixes ainsi que le maintien d’une ligne téléphonique restreinte (réception d’appels, composition de numéros d’urgence ou gratuits uniquement).

Voir: https://www.service-public.fr/

L’habilitation familiale

L’habilitation familiale permet à un proche,

  • descendant  (enfants, petits enfants)
  • ascendant  (parents, grands parents)
  • frère ou sœur
  • époux, partenaire de Pacs ou concubin.

de représenter une personne qui n’est plus en capacité de représenter ses intérêts pour certains ou tous les actes de sa vie selon l’état de la dégradation de ses facultés mentales, ou corporelles l’empêchant de s’exprimer.

Bien que nécessitant l’intervention d’un juge, ce n’est pas une mesure de protection juridique.

La personne demandant l’habilitation doit demander directement ou par le biais du procureur de la République, au juge des tutelles , l’autorisation d’exercer l’habilitation familiale sur la personne concernée.

Modèle à télécharger sur service-public.fr : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/

Coordonnés des médecins agréés à réaliser des certificats médicaux circonstanciés :

Coût du certificat médical: 160 € et peut être supérieur si la personne ne peut se déplacer et que le médecin expert doit se rendre à son domicile.

Il n’est pas remboursé et pour info : tous les médecins agréés ne se déplacent pas à domicile.

L’habilitation familiale n’est ordonnée par le juge qu’en cas de nécessité.

La personne habilitée exerce sa mission à titre gratuit.

« Une fois la personne désignée pour recevoir l’habilitation familiale, le juge n’intervient plus »

Il y a 2 habilitations :

l’habilitation générale

La personne qui se voit habilitée peut ainsi accomplir l’ensemble des actes (administration et disposition des biens).

Le juge fixe alors la durée de l’habilitation sans dépasser 10 ans.

Selon le nouveau certificat médical circonstancié, il peut renouveler l’habilitation pour une même durée ou si l’altération des facultés de la personne à protéger n’est pas susceptible d’amélioration, la mesure peut être renouvelée sur une durée plus longue sans dépasser 20 ans.

L’habilitation limitée à un ou plusieurs actes

Elle peut porter sur un ou plusieurs actes:

  • d’administration ou de disposition des biens (ex: ouverture d’un compte bancaire),
  • de disposition (donations) ne pouvant toutefois être accomplis qu’avec l’autorisation du juge des tutelles, 
  • relatifs à la personne elle-même (mariage, divorce, décision médicale..).

La mission de la personne habilitée s’exerce comme une tutelle ou une curatelle.

La personne protégée peut continuer à accomplir les actes qui ne sont pas confiés à la personne habilitée.

La mesure cesse:

  • Lorsque la personne protégée est placée sous mesure de protection (sauvegarde de justice, curatelle ou tutelle
  • Des que les conditions de l’habilitation ne sont plus réunies ou si l’habilitation familiale porte atteinte aux intérêts de la personne protégée,
  • A l’expiration du délai fixé, si non renouvellement
  • Lorsque les actes pour lesquels l’habilitation avait été délivrée sont réalisés.
  • Lors du décès de la personne.

C’est une mesure adaptée lorsque les membres de la famille s’entendent bien mais inadaptée en cas de conflit familial.